proverbes musulmans

Publié le par mosquee salam de grande-synthe.over-blog.com

"Suis le conseil de celui qui te fait pleurer, et non de celui qui te fait rire."


"Loue ton ami en public et critique-le en tête à tête."

 


"N'ouvre la bouche que lorsque tu es sûr que ce que tu vas dire est plus beau que le silence."


"L'erreur n'annule pas la valeur de l'effort accompli."


"Ce qui est passé a fui ; ce que tu espères est absent ; mais le présent est à toi.



"Lorsque tu vins au monde, tout le monde était content et toi tu pleurais.-Vis de telle sorte que lorsque tu mouras, tous pleureront et tu seras heureux."



"Parle si tes mots sont plus forts que le silence, sinon garde le silence."


"Qui veut faire quelque chose trouve un moyen.-Qui ne veut rien faire trouve une excuse."


"Si Dieu ne pardonnait pas, Son paradis resterait vide."



"La vérité est amère mais ses fruits sont doux."


"Ne regarde pas la petitesse de tes péchés mais la grandeur de Celui à qui tu as désobéi."


"Ce n'est pas le temps qui passe, mais nous qui le traversons."


"Quand tu lances la flèche de la vérité, trempe la pointe dans du miel."


"La main qui donne est meilleure que celle qui reçoit."


"Dieu ne regarde ni vos corps, ni vos images mais Il regarde vos coeurs."


"Le bas-monde est un pont,traverse le et ne compte pas y résider."


"A chaque épreuve sa récompense."


"Le jeune du coeur, c'est se taire."



"Sache que celui qui t'a conseillé t'a aimé,et celui qui t'a flatté t'a trompé."


"Admire la personne qui te critique car prisonnière de sa propre jalousie, elle ne fait que t'admirer."


"J'ai regretté des paroles mais je n'ai jamais regretté le silence."


"Tu es le maître des paroles que tu n'as pas prononcé, tu es l'esclave de celles que tu laisses échapper.


"Ya Rassoul, tu es comme un arbre fruitier, on te lançait des pierres et toi tu lançais des fruits."

"Ya Rassoul, tu es comme l'eau,on te donne un coup et tu le retiens, tu l'absorbes, le nettoies et le purifies et tu le rends lavé."

Publié dans POEMES ET SAGESSES

Commenter cet article