L'imam Abou Daoud

Publié le par mosquee salam de grande-synthe.over-blog.com

L'imâm Aboû Dâwoûd

 

Les Savants

 

 047

 

Naissance et formation

 

            Son nom complet est Aboû Dâwoûd Soulaymâne Ibnou Ach‘ath Ibnou Ishâq Ibnou Bachîr Ibnou Chaddâd Ibnou ‘Omar Ibnou ‘Imrâne Al-Azdî As-Sijistânî. Issu de la tribu des Azd, il est né à Sijistan, une célèbre ville du Khorâsân en 202 H.

 

         Il passa néanmoins la majeure partie de sa vie à Bassora, ville qui constituait le cœur de l’enseignement islamique à son époque. Il voyagea à maintes reprises pour recueillir les ahâdîths : il visita Baghdâd plusieurs fois, se déplaça au Hijâz, en Egypte, à Al-Jazîra, à Naysaboûr, en Syrie et à Ispahan.

Par la suite, l’émir de Bassora le convia à transmettre son savoir aux étudiants venus de toutes parts.

 

 

Ses compétences

 

            Aboû Dâwoûd était doté d’une intelligence exceptionnelle : il lui suffisait de lire un livre une seule fois pour en retenir le contenu. Il était doué en critique du hadîth et se révélait être un expert pour distinguer les ahâdîths authentiques des ahâdîths faibles et des ahâdîths défectueux.

 

            Il fait partie des quatre savants renommés pour la critique du hadîth : les imâms Al-Boukhârî, Mouslim, An-Nassâ’î et lui-même. L’imâm Aboû Dâwoûd vécut à une période où le monde musulman comptait un grand nombre d’éminents érudits. Il maîtrisait tellement les sciences du hadîth que beaucoup le considéraient comme l’imâm des traditionnistes de son époque.

En outre, il fut un fin juriste : le fiqh (la jurisprudence) n’avait aucun secret pour lui.

 

            Homme profondément religieux, il mena une vie pieuse dans l’ascétisme. Il consacrait la plupart de son temps à l’adoration et au souvenir d’Allâh . Il s’est toujours tenu à l’écart des sultans et des courtisans.

 

 

Ses sources et les fruits de son travail

 

          Parmi les trois cents professeurs qui lui transmirent les ahâdîths se trouvaient l’imâm Ahmad Ibnou Hanbal, Ishâq Ibnou Rahawayh, Aboû Thawr et Yahyâ Ibnou Ma‘îne.

 

         De grandes personnalités comme Ibnou ‘Arabî, Aboû ‘Îssâ At-Tirmidhî et Aboû Abder-Rahmâne An-Nassâ’î font partie de ses élèves. Même l’imâm Mouslim a étudié auprès de lui.

 

         Les écrits que légua l’imâm Aboû Dâwoûd ne sont peut-être pas nombreux, mais ils recèlent une valeur inestimable :

    - Kitâb Ar-Radd ‘alâ ahl al-qadar

    - Kitâb al-massâ’il

    - Mousnad Mâlik

    - Kitâb al-marâssil

    - Sounan Aboû Dâwoûd : s’arrêter sur cette œuvre s’avère incontournable.

 

 

Sounan Aboû Dâwoûd

 

048 

 

            Cet ouvrage est le plus célèbre de tous ses écrits. Il contient 4800 traditions, elles-mêmes extraites d’une collection de 500 000 ahâdîths. Le succès de ce livre réside dans sa facilité d’approche : sa compréhension est une des plus accessibles au commun des mortels.

C’est en 241 H, dans la ville de Baghdâd, qu’Aboû Dâwoûd termina la compilation de ce recueil de ahâdîths. Il présenta son travail achevé à son professeur bien-aimé l’imâm Ahmad Ibnou Hanbal qui en fut grandement satisfait.   

 

            Les traditions compilées dans Sounan Aboû Dâwoûd sont généralement rapportées par des compagnons, des successeurs et leurs successeurs. C’est une source fondamentale de savoir concernant les points de vue soutenus par l’imâm Mâlik, Soufiâne Ath-Thawrî et Al-Awzâ‘î. Cet ouvrage sert même d’arbitre en cas de désaccords entre juristes.

Aboû Dâwoûd énonça sa méthodologie dans son ouvrage : « J'ai cité le hadîth sahîh [authentique], et ce qui lui ressemble ou en est proche. Lorsqu'un hadîth est entaché de beaucoup de faiblesses, je l'ai précisé. Je n'ai pas cité dans le livre des Sounan un hadîth parvenu par quelque narrateur délaissé. S'il contient un hadîth mounkar [réprouvé], je le précise. » Il indique encore : « Parmi ces ahâdîths, quatre suffisent à l’homme :

" Certes les actes ne valent que par leurs intentions " ;  

" Du bon Islam de la personne de délaisser ce qui ne la regarde pas " ;    

" Le croyant n'est pas croyant jusqu'à ce qu'il aime pour son frère ce qu'il aime pour lui-même " ;   

" Le licite est évident et l'illicite est évident, et entre cela se trouvent des choses qui portent à confusion ".»  

 

         Sounan Aboû Dâwoûd constitue une importante collection d’ahâdîth à portée juridique. La plupart des savants le classent en troisième position parmi les six recueils authentiques de ahâdîths, juste après Sahîh Al-Boukhârî et Sahîh Mouslim.

L’érudit Al-Khattâbî dit au sujet de cet ouvrage : « Sounan Aboû Dâwoûd est un excellent livre. Aucun travail analogue ne fut produit jusqu’ici en sciences religieuses. Il gagna en popularité auprès des gens et jouit d’une place importante auprès de savants et de juristes de toutes classes. Tous en ont profité de la même manière. Les gens d’Iraq, d’Egypte, du Maghreb et la plupart des pays s’en sont servi comme source. »

Le savant Ibnou-l-Jawzî s’exprima ainsi à son sujet : « Aboû Dâwoûd fut un illustre docteur en ahâdîths et un remarquable savant. Personne n’a compilé un recueil tel ses Sounan. »

Ibnou-l-‘Arabî précise : « Si un homme n'avait en matière de science que le Livre de Dieu, puis ce livre [c.-à-d. Sounan Abî Dâwoûd], il n'aurait pas eu besoin d'autre science avec cela. »            

 

 

Sa fin

 

            L’imâm Aboû Dâwoûd quitta ce monde en l’an 275 H (888 de l’ère chrétienne), à l’âge de 72 ans. Il fut inhumé à proximité de la sépulture de Soufiâne Ath-Thawrî. Que Dieu le récompense pour son travail et l’enveloppe de Sa miséricorde !

Publié dans SAVANTS DU HADITH

Commenter cet article